En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Réalisations d'élèves

Projets plurilingues

Par EMMANUELLE RICOT, publié le dimanche 1 octobre 2017 18:24 - Mis à jour le dimanche 1 octobre 2017 18:35

Nos élèves parlent plusieurs langues !

Avez-vous déjà entendu parler italien, portugais, roumain, roumani, albanais,  turc, poular, konianké, malinké, soussou, sango, arabe, soninké, bambara, urdu, pendjabi, mongol, lingala,  dioula, anglais ou russe dans une même classe? Ce sont les langues parlées par nos élèves en salle multilingue au cours de l’année 2016-2017. Certaines langues sont écrites, d’autres orales, toutes ont leur importance. Le premier projet plurilingue a été réalisé autour de la Déclaration Universelle des droits de l’homme traduite dans la langue des élèves. Les traductions ont fait l’objet de discussions en classe.

« À quelle valeur de la République française êtes-vous le plus attaché ? La liberté ? L’égalité ? La fraternité ? ».

Les réponses ont varié par leur longueur et leur contenu. La liberté a été citée moins que l’égalité en classe de Bac Pro et la fraternité plus largement en classe de CAP. Le sens du mot liberté a été retenu parce que « c’est la condition pour se sentir humain, pour la capacité d’opérer des choix ». Le sens du mot égalité a été choisi parce que les inégalités sont nombreuses, la couleur de peau ou la religion ont été données en exemples. L’un des élèves comprend l’égalité comme l’absence de discrimination, et parle d’égalité des droits sur le plan politique, civil et social. L’immigration en Europe est évoquée, le racisme dans les transports en commun, mais aussi ce qui serait une atteinte à la dignité. La fraternité a été choisie parce que l’idée de se comporter en frères et sœurs pour garantir la liberté et l’égalité a séduit de nombreux élèves. Des travaux écrits en italien, en arabe, en urdu, en turc, en roumain, en soninké, et en mongol ont été remis.

Le deuxième projet plurilingue a été réalisé autour de la compréhension d’une nouvelle à chute, Lucien, de Claude Bourgeyx. En partenariat avec AFALAC, l’Association Famille Langues Cultures et l’université du Maine, trois traductions de la nouvelle ont été offertes : en arabe, en portugais, en urdu. La notion de point de vue dans la narration a ainsi été abordée. Nos lecteurs plurilingues ont appris à mieux comprendre le texte français grâce la maîtrise de leur langue première, mais parfois c’est aussi le français qui leur a permis de bien comprendre des mots dans leur langue première ! Finalement, quelle que soit la langue du texte, nos lecteurs se sont sentis « trompés », mis sur une mauvaise piste : Lucien ne va pas mourir comme on pourrait le penser, mais naître !

Source de motivation, le recours à la traduction a permis une étude plus approfondie du texte en français sans découragement : Bravo à toutes et à tous !

En 2017-2018, le projet plurilingue se poursuit : cette fois il s’agit d’expliquer, entre autres, ce que veut dire la laïcité en France : 20 élèves (CAP ou BAC PRO) se sont déjà portés volontaires pour être enregistrés dans leur langue première afin d’aider d’autres élèves qui parleraient moins bien le français qu’eux à leur arrivée en France. L’esprit de fraternité est en bonne voie !

Mme Ricot Emmanuelle, Professeur-référent FLS, Français Langue Seconde ou de Scolarisation, pour des élèves plurilingues.

 

Test : Pouvez-vous identifier les langues ci-dessous ?

Il s’agit d’extraits de la Déclaration Universelle des droits de l’homme…

 

Mbasi njohja e dinjitetit të lindur të të drejtave të barabarta dhe të patjetërsueshme të të gjithë anëtarëve të familjes njerëzore është themeli i lirisë, drejtësisë dhe paqes në botë;

 

لما كان الاعتراف بالكرامة المتأصلة في جميع أعضاء الأسرة البشرية وبحقوقهم المتساوية الثابتة هو أساس الحرية والعدل والسلام في العالم.

 

K ’ à mìna à mà kó dúnya’ mànton’ bǪǪ ká kan ni bònya ye,  àni kó bǪǪ ká kan sàriya’ la làkika’ la, kó ò le be bǪǪ ya hǣrǣnya’ sàbati, kà bǪǪ kánya ȁásuma’ dúnya’ sìgi’ la.

 

Considerato che il riconoscimento della dignità inerente a tutti i membri della famiglia umana e dei loro diritti, uguali ed inalienabili, costituisce il fondamento della libertà, della giustizia e della pace nel mondo;

 

Na botalaka ‘te kondima limemya ya bato nyonso ya molongo pe makoki ma bango oyo ezali ndenge moko pe bakoki kopimela moto te ezali tina ya bonsomi, bosembo pe kimpa kati ya molongo.Na botalaka ‘te komona pamba pe koboya kotosa esengeli ya moto ebatelama na bokonzi ya bosembo po te, na sima yango, moto akoma na botombiki esongo na minyokoli te,

 

Soske o mothovipe e bijande dignitetesko thaj jekhipasko si bithemale čačipa e sa dženengere ke manušengiri familija si fundamenti e tromalipasko, čačipaskoro thaj e sansareskoro ko sumnal.

 

O ga na a faayi nan ti saran xabiilanun doronde do I taqu tinamto ya na du-kiteye, teleŋontaaxun do jamun gondoman ŋa duna noxo

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe